Response2covid19 (Porcher, 2020) est une base de données qui recense les différentes interventions sanitaires et économiques mises en place par les gouvernements du monde entier pour faire face à la COVID-19. La base de données permet de lancer un programme de recherche ambitieux pour comprendre la temporalité et la nature des mesures sanitaires et économiques mises en place par les gouvernements, et la perception qu’en ont les citoyens, dans une perspective d’analyse comparative entre pays.

Le premier objectif du projet est d’offrir une interface permettant de suivre en temps réel la mise en place de mesures économiques et sanitaires visant à faire face à la COVID-19. Le but est de comparer les pays entre eux et de créer des groupes de pays ayant des interventions similaires, et de comprendre les déterminants de ces similarités.

Cette base recense 20 mesures sanitaires et économiques prises par 228 gouvernements depuis le 1er janvier 2020 et est actualisée tous les mois. Les 13 mesures sanitaires sont codées sur une échelle à trois valeurs (pas de mesure, mesure régionale ou mesure nationale) et les 7 mesures économiques sont codées de façon binaire (prises ou non). Ces mesures permettent de créer deux indices globaux d’interventions sanitaires et économiques.

Le second objectif du projet est d’étudier les réactions des citoyens aux mesures mises en place par les gouvernements et l’évolution de leur perception au cours du temps.

La collecte des données sur le ressentiment de la population se fait par scrapping sur Twitter à partir de mots clés et nécessite des compétences en programmation sous Python. Les mots clés peuvent aussi bien concerner l’angoisse, la peur ou l’incertitude que la distanciation sociale. Le scrapping concerne les tweets géolocalisés qui indiquent la présence de l’individu dans une ville / région / pays donnés. Un effort de codage a été réalisé pour les Etats-Unis (Porcher et Renault, 2020) sur la distanciation sociale afin de capturer les perceptions – négatives ou positives – des citoyens sur le sujet. Le projet est maintenant d’étendre la collecte de données à différents pays européens – Allemagne, Espagne, France, Italie et Royaume-Uni – et au Canada dans un premier temps.